La Guyane face aux enjeux géopolitiques

“Osons mó Moun yé”

La Guyane est une région qui perd petit à petit de son influence face aux puissances économiques de la région, notamment le Brésil. Les enjeux de l’exploration et de l’exploitation des énergies fossiles sont importants et la France ne peut plus protéger la Guyane. Les élus locaux doivent prendre des décisions pour l’intérêt de la Guyane et non pas pour l’intérêt de la France. Le document appelle à une autonomie administrative et politique pour la Guyane.

Les enjeux géopolitiques de l’exploration et de l’exploitation des énergies fossiles

Les enjeux liés à l’exploration et l’exploitation des énergies fossiles sont cruciaux en Guyane. La région est en compétition avec le Venezuela, la Guyana, le Suriname et sept états fédéraux du littoral brésilien pour disputer tous les avantages et bénéfices en royalties du pétrole et du gaz. Le document souligne que le plateau des Guyane bouge sans nous. Le continent sud-américain dans son ensemble est en mouvement, et notre voisin brésilien est de fait la puissance régionale : puissance financière, puissance économique, et puissance pétrolière. Le Brésil jouera son rôle de puissance économique dans notre environnement sans état d’âme. Les élus locaux doivent prendre en compte ces enjeux internationaux pour décider de l’avenir de la Guyane.

L’appel à l’autonomie administrative et politique de la Guyane

Le document appelle à une autonomie administrative et politique pour la Guyane. Les élus locaux doivent prendre des décisions pour l’intérêt de la Guyane et non pas pour l’intérêt de la France. La France n’a plus les moyens de sa politique et encore moins de nous porter secours. La Guyane ne peut plus tenir longtemps dans ce système de main tendue en exclusivité à la France, dans des institutions culturellement coloniales. Les enjeux économiques liés à l’exploration et l’exploitation des énergies fossiles sont trop importants pour être ignorés. Une autonomie administrative et politique permettrait aux élus locaux de prendre en compte les enjeux internationaux et de décider de l’avenir de la Guyane en toute indépendance.

La recomposition du monde en marche

Le document souligne que la recomposition du monde est en marche. L’Europe et l’Occident sont distanciés par le Sud Global qui a pris le dessus. La Guyane ne peut rester derrière. Les peuples ont toujours résisté, et il est temps que les élus locaux prennent la mesure de la situation. Ils doivent se battre politiquement pour sortir du giron juridico-administratif inadapté à la réalité et au contexte du monde actuel. Nous sommes dans un étau qui nous resserre de plus en plus chaque jour. Une vision, un cap et un rythme doivent être trouvés pour l’intérêt de la Guyane et de son développement.

“Nous devrions être plus proches sur des décisions régionales avec nos voisins sans avoir à consulter Paris, sans attendre leurs directives de Bruxelles afin de limiter la casse.” – Waddy Many BENOIT

Conclusion

Le document souligne que la Guyane doit prendre en compte les enjeux internationaux liés à l’exploration et l’exploitation des énergies fossiles pour décider de son avenir. Les élus locaux doivent se battre politiquement pour sortir du giron juridico-administratif inadapté à la réalité et au contexte du monde actuel. Ils doivent décider pour l’intérêt de la Guyane et non pas pour l’intérêt de la France. Une autonomie administrative et politique permettrait de prendre en compte ces enjeux internationaux et de décider de l’avenir de la Guyane en toute indépendance.

Contribution d’un membres du groupe WhatsApp Guyane Autonomie.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :